[Playoffs] Game 2 Bulls Vs Bucks « Sauvé par le Jim »

 

Pour ce Game 2, il fallait s’attendre à une réaction  de la part des Bucks, quelque peu grognons après la défaite de samedi. Pour autant, nul ne pouvait prédire que les Bulls allaient complètement passer à coté de leur premier quart temps pour ne pas dire de la première mi-temps… Khris Middleton (22 pts, 6 rbds) a poussé les Bucks, mais fort heureusement pour les Bulls, Jimmy Butler s’est enflammé en seconde mi-temps permettant aux siens de remporter une victoire importante pour la suite

 

Le pire quart temps des playoffs ?

Chicago-Bulls-Wallpaper-HDOui, cette question mérite d’être posée tant le spectacle offert était loin des standards d’un match de playoffs. Aucune des deux équipes n’a réussi à trouver le chemin du cercle, multipliant les mauvais choix et les « bloopers ». Après plus de 7 minutes de jeu, les Bulls étaient menés (6-7) score qui n’était pas sans rappeler le fameux Orlando New-York du 11 avril dernier vers lequel on semblait se diriger. Les joueurs de Windy City dominés n’ont marqué que 11 points contre 16 pour les Bucks à l’issue du premier quart temps.

En seconde période, Chicago compte jusqu’à 9 points de retard (11-20). Nikola Mirotic (8 pts, 4 rbds) voit alors son temps de jeu étendu à 12 minutes suite aux 3 fautes de Taj Gibson (0 pt, 1 rbd). Le monténégrin en profite pour marquer tous ses points appuyé par Mike Dunleavy (12 pts, 6 rbds, 3 pd) qui rentre deux tirs longues distances de suite qui permettent aux Bulls de recoller (31-31) après 20 minutes de jeu. Le bon quart temps de Mirotic permet au Bulls de repartir aux vestiaires avec un point d’avance (39-38). A noter que Derrick Rose (15 pts, 7 rbds, 9 pd) est à 0-7 avec un score vierge sur sa feuille de stats.

Cette très mauvaise mi-temps restera dans les anales pour les Bulls qui ont, sans le vouloir, montré aux Bucks et à tous qu’il y a avait une grosse faille dans leur jeu offensif. Réintégrer des absents après avoir appris à jouer sans eux, peut s’avérer très difficile.

 

« The Real MVP » (of the Bulls)

Malgré la débandade de la première mi-temps, Rose revient dans le match avec 12 pts dans la 3e période dont un ⅔ à 3 points. Il relance les Bulls bien appuyé par Jimmy Butler dont les incursions dans la raquette adverse sont tranchantes. Il conclut l’action du match lorsqu’après avoir débordé son vis à vis, il s’en est allé plastiquer le cercle avec postérisant sur son passage Zaza Pachulia (7 pts, 6 rbds, 3 pd). Le match redevient alors excitant avec du rythme et du scoring de parts et d’autres. Dans ce 3e quart, les deux équipes ont presque autant scoré que dans la 1ère mi-temps, 32 pts pour les Bulls contre 30 pour les Bucks. Lors de la dernière période, le United Center crie en coeur « MVP » à chaque fois que Butler s’arrête au lancer franc. Le leading score des Bulls s’enflamme et inscrit 14 points qui lui permettent de battre son record de points en playoffs (25).

 

Il rend une fiche de stats de 31 point, 9 rebonds et 2 passe en 46 minutes confirmant ainsi qu’il est le joueur à passer le plus de temps sur le terrain de toute la ligue. Les Bulls l’emportent 91-82 et s’en vont plus sereins à Milwaukee

Jimmy Butler a connu l’une des toutes meilleures progressions qu’un joueur ait pu avoir chez les Bulls. Arrivé il y a 4 saisons, il a du longuement patienter sur le banc avant qu’on ne lui confie le moindre rôle. Avec 2,6 points de moyenne et 8 minutes de jeu lors de son année rookie, Jimmy est devenu le « go-to-guy » de Chicago au point qu’il soit plébiscité par les fans comme MVP. AR-150418616.jpg&updated=201504201107&MaxW=800&maxH=800&updated=201504201107&noborderTirant profit des blessures de Luol Deng, il y a deux ans puis de Derrick Rose, Butler a mis a profit chaque minute qu’on lui a donné sur le terrain pour se faire un nom, ce qui lui a valu d’être nommé All Star aux cotés de Pau Gasol cette année. Profitant de l’absence de Rose pour s’imposer en leader incontesté des Bulls, Butler avait mis les bouchées doubles tout au long de l’été dernier pour devenir la pierre angulaire qu’il est aujourd’hui avec ses 20 points de moyenne, 6 rebonds et un peu plus de 3 passes par match. Au moment de signer son extension de contrat, les Bulls ont fait une proposition perçue comme indécente par le #21 des Bulls et qu’il a refusé. S’il continue sur sa lancée, il pourra toucher le jackpot à l’intersaison ! Quoi qu’il en soit, il est définitivement le Facteur X des Bulls aujourd’hui qui rêvent toujours d’aller au bout…

 

Almamy Soumah

@frenchinsiderz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *