Miami Heat : Three Peat ou reconstruction ?

 

En ce mois d’octobre, tous les observateurs et pronostiqueurs se demandent si Lebron James et le Miami Heat pourront réitérer leurs exploits des 2 dernières saisons. Avec le renforcement des prétendants au titre (surtout à l’Est), Lebron James peut-il réaliser le Three Peat et ainsi se hisser au niveau de Michael Jordan et Kobe Bryant ?

Durant les 25 dernières années, seules 2 équipes ont réussi le Three Peat (3 championnats remportés de suite), les Bulls (1991-93, et 1996-98), et les Lakers (2000-02). Même San Antonio avec ses 4 titres depuis 1999 n’a pu réussir un doublé.

Quai_54_2011_Al and Ray AllenEn juin dernier, le Miami Heat est passé très près d’une défaite lors du Game 6 contre les Spurs de Tony Parker. Il n’a dû son salut qu’à un rebond de Chris Bosh, permettant à Ray « Jésus » Allen de réussir un 3 points d’anthologie et d’envoyer les 2 équipes en prolongation (pour ensuite remporter ce match 6, et quelques jours plus tard le match 7 synonyme de titre). En plus de cette série en 7 matchs, Miami avait déjà du jouer la Finale de Conférence face à Indiana en 7 matchs.

Alors, signe de faiblesse de Miami qui n’a pas réussi à conclure les séries avant 7 matchs, ou force de caractère pour avoir su gagner les matchs serrés en gérant bien la pression  ?

Les adversaires principaux cette année seront les Bulls avec le grand retour de Derrick Rose absent toute la saison dernière et les Pacers avec le retour de Danny Granger (ancien franchise player de l’équipe avant l’éclosion de Paul George), la conservation de David West free-agent durant l’été, et surtout le gros coup d’Indiana avec le trade de Luis Scola (contre Gerald Green et un 1er tour de Draft 2014). N’oublions pas les Brooklyn Nets et leur recrutement « Hall of Famer », leur 5 majeur « All Star » avec l’addition de Paul « the Truth » Pierce et du « big ticket » Kevin Garnett (plus un banc bien fourni avec entre autres Jason Terry et Andrei Kirilenko).

Les Three Peat sont extrêmement difficiles à réaliser. Non seulement Miami sera l’équipe à battre pendant toute la saison régulière, mais la cohésion, l’envie de l’équipe, et la fraicheur psychologique seront déterminantes. Le Heat aura forcement un peu « moins soif » de victoires que lors des précédentes saisons. Chris Bosh assumera-t-il toujours son statut de role-player ? Shane Battier est-il trop vieux ?

Sans réelle addition durant l’intersaison (sauf grosse surprise le part de Greg Oden et de Michael Beasley), Miami devrait avoir beaucoup de mal à se défaire d’Indiana dans une série de playoffs.

Capture d’écran 2014-04-04 à 00.38.47La « Lebron James dépendance » lors des derniers playoffs a montré les limites des « Tres Amigos ». Dwyane Wade a été en-deçà de son rendement habituel et Chris Bosh n’a répondu présent que tard dans les playoffs. Le Heat pourra-t-il se passer du rendement maximal de ses 3 joueurs majeurs jusqu’en finale ?

Les genoux de Wade l’empêchent désormais d’avoir les stats et l’impact physique qu’il avait auparavant. Lebron James est clairement au-dessus de tout le monde mais Indiana a déjà montré qu’elle était capable de pratiquer une grosse défense physique et de verrouiller sa raquette.

Le small-ball prôné par Erik Spoelstra risque de mettre l’équipe en difficulté face aux intérieurs d’Indiana, Roy Hibbert en tête ! Le salut à l’intérieur peut toutefois venir de Greg Oden. Sans pression pour lui et sans risque pour le Heat, sa signature peut se révéler gagnante si celui-ci ne se blesse pas.

Si le Heat remporte le titre en 2014, Lebron James aura alors toutes les raisons pour ne pas faire jouer sa player-option et ne pas tester la free-agency lors de l’été 2014. En cas de défaite que fera-t-il ? Rester avec le Heat jusqu’à la fin de son contrat en 2015 ? Et après 2015 ? Même chose pour Chris Bosh, voudra-t-il tester le marché en 2014 et essayer de retrouver des stats et un statut de superstar ailleurs ? En cas de défaite cette saison, la reconstruction sera-t-elle d’actualité ?

Les fans imaginent déjà les Lakers se lancer à la « conquête » de Lebron James l’été prochain ou encore,  fantasment sur un retour de Lebron à Cleveland et une association avec Kyrie Irving.

Chris_Andersen_1Bien sûr, nous sommes encore loin des playoffs, mais le banc du Heat souvent critiqué devra cette année plus que jamais remplir un rôle majeur lors de la post-season. Le « birdman » Chris Andersen et Ray Allen sont encore là pour apporter leur expérience dans les moments décisifs. Mike Miller ayant été amnistié, Miami perd là, une précieuse arme à 3 points.

Certains joueurs du Heat ont su apporter l’année dernière quelque chose dans les instants clés de la finale (Bosh, Allen, Battier) pour remporter le titre. Mais ils ont été transparents lors des 3 précédents tours de playoffs, Lebron James étant obligé de tout faire et de jouer à un niveau de MVP incroyable. La saison prochaine, le Heat aura besoin d’eux bien avant la finale sous peine de regarder la fin des playoffs à la télé. Avec le renfort des équipes de l’Est, Miami n’aura pas cette année le luxe d’attendre la finale pour que certains de ses joueurs haussent leur niveau et « fassent » le job.

L’équipe d’Indiana parait la mieux armée pour battre le Heat à l’Est, et aura à cœur de prendre sa revanche dès les playoffs 2013 !

Jerome Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *