MARTELL WEBSTER « Notre objectif était de ramener cette équipe en Playoffs »

 

A l’issue du surprenant parcours des Wizards, nous sommes allés rencontrer Martell Webster lors de sa dernière allocution à la presse pour revenir sur les temps forts de cette saison.

Arrière pour les Washington Wizards, Martell Webster a vu Indiana mettre fin à sa 9e saison dans la ligue. Amer, il avoue même avoir du mal à regarder Miami jouer face à Indiana tant il estime que les Wizards avaient leur place en finale de conférence s’ils n’avaient pas mal gérer leur dernière série. Passé de joueur du 5 majeur, à joueur sorti du banc, Webster prend tous les rôles qui lui sont donnés à cœur et tire un bilan positif de cette saison. Extraits choisis de la conférence de presse de fin de saison…

Martell+Webster+Washington+Wizards+v+New+York+xDusoBYc8_ylQu’est-ce que tu retiens de cette saison ?

MW : Je retiendrai juste ce que l’on a accompli. Notre objectif principal dès le training camp était de ramener cette équipe en playoffs. Ce que l’on a fait dans ces playoffs a été spectaculaire. La manière dont on a battu Chicago, on a commencé à réaliser à partir de là qu’il se passait quelque chose de spécial, que l’on pouvait faire des dégâts. En réalisant ce que l’on aurait pu faire durant ces playoffs, on devrait jouer contre Miami ces jours-ci.

 

Qu’est-ce qui selon toi diffère de l’équipe de l’an passé ?

MW : Honnêtement, je pense que c’est juste l’expérience. Je pense intiment que toute chose arrive pour une raison. Je crois profondément que l’on devait passer par ce que l’on a traversé l’an passé pour pouvoir réaliser ce qui s’est passé cette année. Vraiment… et je ne changerais rien de ce qui s’est passé. Toute l’alchimie qui s’est construite, l’amitié, l’identité que l’on a établi pour cette franchise… on a eu besoin de passer par les épreuves de l’an passé pour en arriver là cette année.

 

Quelle part a pris Randy Wittman dans ce process qui vous a mené à ces playoffs ?

MW : J’ai dit à Randy que j’étais fier de la façon dont il avait managé cette équipe, qu’il s’agisse des égos ou des personnalités de chacun. C’est la chose la plus dure à gérer en tant que Coach. Prendre soin de gérer 15 personnalités différentes… il a fait un superbe boulot de coté là. Il a continué à croire en cette équipe et mis les gars dans la meilleure position pour aider et contribuer au mieux. Je pense que cela a été la clé. Il a pris une grande part cette année, fait quelques ajustements, et à la fin ça nous a mené où on voulait.

 

« Si ça ne dépendait que de moi, tout le monde reviendrait l’an prochain. »

 

Comment tu t’es senti tout au long de la saison, et comment as tu vécu la baisse de ton temps de jeu ?

MW : En tant que joueur, je pense sincèrement que j’aurai pu faire plus et c’est une chose sur laquelle je vais devoir travailler. Je vais devoir retourner au charbon. Ça ne fonctionnera pas de la même façon chaque année, il faut faire des ajustements. La chose la plus importante pour moi, c’est de comprendre et d’accepter que les choses qui se sont passées cette année se sont vraiment passées. Et, je ne peux contrôler cela, ce sont des choses qui sont arrivées. Qu’est-ce que je vais faire l’an prochain pour être meilleur ? Je ne me plains pas de ce qui s’est passé cette saison. Je pense vraiment qu’avec le temps que j’ai eu, j’aurai pu faire beaucoup plus. Mais, bon ça n’a pas été le cas, j’espère faire mieux l’an prochain.

 

Cleveland Cavaliers v Washington WizardsQu’as-tu pensé de l’ampleur qu’ont pris John Wall et Bradley Beal cette saison ?

MW : J’ai trouvé que c’était impressionnant. Avec le manque d’expérience et la « postseason » qu’ils ont fait… Le fait qu’ils aient réalisé tout cela cette année était impressionnant. Et on est arrivé à un point, où John a compris qu’il n’a pas besoin d’être le super héro à chaque match et qu’il doit avoir confiance en ses coéquipiers, pour qu’ils l’aident à accomplir le job c’est la chose la plus importante. Cette année, c’est ce qu’il a réalisé. Beaucoup de joueurs n’ont pas cette prise conscience à cet âge. Pareil pour Brad, c’est un sophomore et faire ce qu’il a fait cette année, ça vous montre ce qu’est la maturité, le professionnalisme qu’il possède et la volonté de progresser. Je n’imagine pas autre chose que de le voir revenir la saison prochaine et de tous nous surprendre une fois de plus. John de son coté est revenu avec un vrai jump shoot cette année, et c’est quelque chose de vitale pour cette équipe particulièrement à sa position. Ce sera très excitant de voir ce avec quoi ils reviendront l’an prochain.

 

Comment tu as vécu le fait de passer de starter à joueur sorti du banc ?

MW : Je n’ai pas été un starter toute ma vie, je me dois de comprendre toutes les situations dans lesquelles je peux me retrouver. Je peux faire partie des starters ou rentrer dans le second groupe et je me dois d’être à l’aise avec chacune de ces positions. Toute ma carrière s’est basée sur l’adaptation et les ajustements donc c’est quelque chose de facile à gérer pour moi.

 

Quel bilan tires tu alors ?

MW : Pour être honnête avec vous, cette histoire sonne comme pour moi comme l’histoire de Cendrillon. La façon dont les choses se sont déroulées, ça a été dur de laisser partir nos coéquipiers transférés. Mais bon, le destin a voulu qu’ils soient remplacés par de vrais personnages qui nous ont aidé à accomplir le travail donc pour moi on dirait l’histoire de Cendrillon. En ajoutant quelques pièces ça et là, et au bout du compte se retrouver en playoffs, aller au second tour… l’an passé, on n’espérait pas tout ça donc c’est une superbe année.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *